Communiqué de Presse

Neuf pays intègrent le Mécanisme de Financement Mondial; maintenant 36 pays, dans lesquels les besoins en santé et nutrition des femmes, des enfants et des adolescents sont les plus importants, en font partie

La plupart de ces pays sont loin d’atteindre les Objectifs de Développement Durable et affichent les besoins les plus importants selon l’Indice de Capital Humain de la Banque mondiale. 

WASHINGTON D.C. – À la suite de l’événement pour le réapprovisionnement du GFF, organisé en novembre 2018 et ayant permis de mobiliser plus d’un milliard d’US$ pour le Mécanisme de financement mondial pour les Femmes, les Enfants et les Adolescents (GFF), le GFF a annoncé aujourd'hui que 9 pays – le Ghana, la Mauritanie, le Niger, le Pakistan, la Somalie, le Tadjikistan, le Tchad, la Zambie et le Zimbabwe — vont intégrer le GFF, portant à 36 le nombre total de pays appuyés par le GFF.

De nombreux ministres des Finances ont récemment écrit au GFF pour demander son soutien  afin d’accélérer les progrès réalisés pour une couverture de santé universelle et pour atteindre les Objectifs de Développement Durable. Ce nouveau groupe de pays appuyés par le GFF a été sélectionné selon des critères de besoins et d’engagement au niveau national  approuvés par le Groupe des Investisseurs du GFF.  Avec ce groupe supplémentaire, les 36 pays du GFF couvrent désormais 67.2% de la mortalité maternelle et infantile évitable. En outre, ces pays correspondent de très près à ceux dont les résultats en matière de capital humain demandent une attention particulière, selon les mesures de l’Indice de Capital humain de la Banque mondiale,.

« Le GFF aidera ces 9 pays supplémentaires afin de leur donner les moyens de prioriser la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents dans leur budget et d’aligner les partenaires sur un dossier d'investissement classé par ordre de priorité  et piloté par le pays et cela, dans le but de sauver des vies et améliorer la santé et le bien-être de millions de personnes » a indiqué Mariam Claeson, Directrice du GFF.  « Nous sommes reconnaissants aux nouveaux pays du GFF pour leur ferme engagement en faveur de la santé et de la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents et, nous nous réjouissons de collaborer avec eux afin d'étendre des interventions à fort impact dans les domaines de la nutrition et de la santé reproductive, de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent. »

Le partenariat du GFF soutient les pays de trois manières spécifiques: 1) via l’élaboration d’un dossier d’investissement et d’un plan de mise en œuvre qui priorise les réformes importantes en vue d’améliorer la nutrition et la santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et juvenile et, d’obtenir un solide système de soins de santé primaire; 2) le renforcement d’une plateforme pilotée par les pays qui aligne toutes les principales parties prenantes sur ce dossier d'investissement et qui utilise des données pour prendre des décisions et créer une responsabilité réciproque; et, 3) la mobilisation et la coordination des ressources financières requises pour accélérer les progrès réalisés en faveur des populations les plus vulnérables, résidant souvent dans les zones les plus reculées.

Depuis que le GFF a été créé, en 2015, par la Banque mondiale, les gouvernements du Canada et de la Norvège, les Nations Unies et d'autres partenaires, à un financement de 547 millions d’US$ provenant du Fonds fiduciaire du GFF est venu s’ajouter un financement de 3,82 milliards d’US$ de l’Association internationale pour le développement (IDA) et de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) de la Banque mondiale. Le montant de plus d’un milliard d’US$ engagé en novembre 2018  pour le Fonds fiduciaire du GFF devrait être associé à 7.5 milliards d’US$ supplémentaires de l’IDA/BIRD et cela, pour la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents. Un financement additionnel permettra au GFF de s’étendre à un total de 50 pays d’ici la fin de l’année 2023. 

Pour plus d’informations sur l'expansion du GFF dans les pays, cliquez ici : www.globalfinancingfacility.org/fr/le-plan-dexpansion-du-mecanisme-de-financement-mondial-pour-soutenir-50-pays-au-cours-de-la-p%C3%A9riode

À Propos du Mécanisme de Financement Mondial

Le Mécanisme de financement mondial pour les Femmes, les Enfants et les Adolescents (GFF) est un partenariat à multiples parties prenantes qui aide les pays à s'attaquer aux problèmes de santé et de nutrition les plus importants affectant les femmes, les enfants et les adolescents.  Le Fonds fiduciaire du GFF est soutenu par les Gouvernements du Burkina Faso, du Canada, de la Côte d'Ivoire, du Danemark, d’Allemagne, du Japon, des Pays-Bas,de la Norvège, du Qatar et du Royaume-Uni; la Fondation Bill & Melinda Gates; la Fondation Susan T. Buffett ; la Commission européenne, Laerdal Global Health; Merck for Mothers. Le GFF rassemble les gouvernements et les partenaires autour d'un plan piloté par les pays qui priorise les domaines à fort impact, mais négligés, de la santé. Le Fonds fiduciaire du GFF  agit comme un catalyseur de financement, permettant aux pays d’utiliser ses modestes subventions pour accroitre significativement leurs ressources nationales, et cela, en parallèle des financements de l'IDA et de la BIRD de la Banque mondiale, des financements externes alignés et, des ressources du secteur privé. Chaque investissement externe d’un montant relativement limité est démultiplié par les engagements des pays eux-mêmes — ce qui permet de générer un important retour sur investissement et contribue à sauver et à améliorer des vies. Pour en savoir plus : www.globalfinancingfacility.org/fr et @theGFF

Contact :

Christina Nelson, Mécanisme de financement mondial , +1 (202) 458-4372, cmnelson@worldbank.org