Announcement

Les partenaires du Mécanisme de financement mondial s’engagent à décupler leurs efforts pour protéger et accélérer les progrès en faveur des femmes, des enfants et des adolescents

23 octobre 2020 – Les représentants des pays et des partenaires internationaux du Mécanisme de financement mondial pour les femmes, les enfants et les adolescents (GFF) se sont réunis cette semaine à l’occasion de leurs réunions semestrielles de gouvernance, et ont convenu de réaffirmer leur engagement commun en intensifiant leurs efforts au cours des cinq prochaines années, ce afin de garantir la survie et la prospérité de toutes les femmes, tous les enfants et adolescents. Cette décision intervient alors que la pandémie de COVID-19 menace de faire reculer des années de progrès réalisés à l’échelle mondiale en matière de santé maternelle et infantile.

Le Groupe des investisseurs (GI) et le Comité du Fonds fiduciaire (CFF)* ont approuvé la stratégie actualisée du GFF pour 2021-2025, en s'appuyant sur les excellents résultats des cinq premières années du GFF afin d’instaurer les bases pour les cinq prochaines années. La stratégie actualisée renforcera le modèle de partenariat piloté par les pays et l'impact du GFF, en mettant davantage l'accent sur le renforcement du leadership des pays, la promotion de l'équité et de l'égalité de genre, la réinvention de la prestation de services de première ligne, la mise en place de systèmes de financement de la santé plus équitables et le maintien d'une attention constante sur les résultats.

Parmi les autres décisions prises au cours de ces trois jours de réunions virtuelles, dont beaucoup visaient à atténuer les perturbations des services de santé essentiels liées à la COVID, et à soutenir les pays partenaires du GFF pour qu'ils se remettent dès que possible sur la bonne voie et accélèrent leurs progrès en matière de santé des femmes, des enfants et des adolescents, on peut citer :

  • L'approbation d'un cadre commun entre les partenaires du GFF afin d’améliorer la redevabilité partagée du financement de la santé et soutenir les pays dans la mise en place de systèmes de financement de la santé plus solides et plus équitables. Cette approche est essentielle alors que les pays sont confrontés à des pressions budgétaires croissantes et à des priorités budgétaires concurrentes dans le cadre des efforts de réponse et de relèvement liés à la COVID-19. 
  • L'approbation d'un cadre d'engagement actualisé du GFF-OSC et des jeunes afin de renforcer et d'exploiter efficacement leur engagement et plaidoyer en vue d’améliorer la santé des femmes, des enfants et des adolescents. Plus précisément, le CFF a approuvé l'initiative de 6 millions de dollars visant à renforcer l'engagement des OSC dans les pays partenaires du GFF afin d'intégrer, d'institutionnaliser et d'accroître le soutien à l'engagement communautaire au niveau national, avec un ensemble de solutions concrètes pour amplifier les voix et la participation dans les domaines de la politique, du plaidoyer et de la redevabilité.
  • Les partenaires ont également exprimé leur ferme soutien au rôle unique du GFF dans la réponse mondiale à la COVID-19 : aider les pays partenaires à protéger et promouvoir les services de santé essentiels et à renforcer les systèmes de santé de première ligne, ainsi qu'à se remettre sur la bonne voie et accélérer les progrès en matière de santé des femmes, des enfants et des adolescents, dès que possible.
  • Les partenaires ont également fourni des orientations au Secrétariat du GFF sur l'opérationnalisation de la stratégie actualisée du GFF et ont exhorté tous les partenaires à s'assurer que le GFF dispose de l’appui politique et financier dont il a besoin pour accélérer la mise en œuvre de la stratégie. Les membres du CFF ont débattu du  d’une version préliminaire du cadre d'investissement et de la mobilisation des ressources du GFF pour les cinq prochaines années, et ont chargé le Secrétariat du GFF d’élaborer pleinement l’argumentaire en faveur de l'investissement, à envoyer au CFF pour approbation avant la fin de 2020.

« En s’assurant que les pays sont au cœur de la décision, le GFF permet aux partenaires d'obtenir de meilleurs résultats à travers une collaboration renforcée. L'approche du GFF pilotée par les pays fait déjà ses preuves pour améliorer la vie des femmes, des enfants et des adolescents dans nos pays partenaires. Le GFF est un partenariat unique pour aider les pays à obtenir de meilleurs résultats en matière de santé des femmes, des enfants et des adolescents, et je suis ravie de me joindre à la coprésidence alors que le GFF a décidé de décupler ses efforts pour faire progresser l'équité en matière de santé. » a souligné l'honorable Léonie Claudine Lougue Sorgho, coprésidente du GFF et ministre de la Santé du Burkina Faso.

« Il n'y a jamais eu de moment plus important pour que la communauté internationale décuple ses efforts afin de sauver des vies et d’améliorer la santé des femmes, des enfants et des adolescents. Alors que les progrès en matière de santé mondiale sont en péril, nous avons plus que jamais besoin que le GFF se concentre sur la protection et la promotion des services de santé essentiels pour les populations les plus vulnérables. En tant que membre fondateur, le Canada soutient fortement le GFF, qui réinvente les modèles traditionnels de développement afin d'aligner les partenaires autour des plans pilotés par les pays, et qui répond aux engagements de réduction des inégalités en matière de santé. » a indiqué Joshua Tabah, coprésident du GFF et directeur général de la santé mondiale, Affaires mondiales Canada.

« Le rôle du GFF est plus crucial que jamais, travaillant en partenariat avec l'IDA de la Banque mondiale pour aider les pays partenaires à protéger les services de santé essentiels et à renforcer les systèmes de soins primaires afin de préparer la fourniture équitable, sûre et abordable des vaccins COVID et de contribuer à combler les écarts en matière d'équité pour les femmes, enfants et adolescents. » a stipulé Annette Dixon, présidente du Comité du Fonds fiduciaire du GFF et vice-présidente des ressources humaines du Groupe de la Banque mondiale.

« Avec le soutien exceptionnel de nos partenaires et bailleurs de fonds, le GFF est prêt à décupler ses efforts pour garantir un accès équitable aux femmes, aux enfants et aux adolescents, à des services de santé de qualité qui peuvent leur sauver la vie. Nous sommes honorés de nous tenir aux côtés de nos pays partenaires en première ligne, travaillant en étroite collaboration avec les financiers de la santé mondiale, le Groupe de la Banque mondiale, les Nations unies, les bailleurs de fonds bilatéraux, les fondations, la société civile et le secteur privé. » a déclaré Muhammad Pate, directeur du GFF et directeur mondial de la santé, de la nutrition et de la population à la Banque mondiale.

* Le large éventail de partenaires qui composent le GFF - notamment les gouvernements, les organisations de la société civile, le secteur privé, les agences des Nations unies, Gavi, ainsi que le Fonds mondial et les fondations privées - se réunissent régulièrement au niveau mondial à travers le Groupe des investisseurs (GI) du GFF. Le Groupe des investisseurs joue un rôle clé en soutenant et en favorisant l'alignement et la cohérence du partenariat du GFF au niveau national. Le Fonds fiduciaire du GFF est régi par le Comité du Fonds fiduciaire (CFF), qui comprend des représentants de la Banque mondiale et des bailleurs de fonds qui contribuent au Fonds fiduciaire du GFF. Le CFF est le principal organe de décision du Fonds fiduciaire du GFF, et ses responsabilités consistent notamment à décider quels pays sont éligibles en tant que bénéficiaires du Fonds fiduciaire du GFF, mais aussi à définir les approches de financement qui guident le soutien du Fonds fiduciaire du GFF aux différents pays. Le CFF s'appuie sur les conseils du Groupe des investisseurs.