Sénégal

Au Sénégal, le partenariat avec le GFF permet de soutenir l’engagement des dirigeants du pays à réaliser des progrès en matière de santé à travers la mise en œuvre de la couverture sanitaire universelle, ceci en accordant la priorité à la santé dans le budget de façon à favoriser l’élargissement de l’espace budgétaire et l’efficacité des financements publics et extérieurs disponibles à cet effet.

Contact Gouvernement

Dr. Oumar Sarr

Directeur de la Santé maternelle et infantile Ministère de la Santé et de l’Action sociale

@sante_gouv_sn

Au cours de la dernière décennie, le Sénégal a fait des progrès substantiels en matière de diminution de la mortalité infantile et juvénile, mais il reste encore beaucoup à faire pour que la réduction du retard de croissance se poursuive et que la chute de la mortalité maternelle et néonatale s’accélère. Le Sénégal présente encore un taux élevé de faible poids à la naissance (18 pour cent des nouveau-nés) alors que l’anémie affecte jusqu’à quatre enfants de moins de cinq ans sur cinq. En outre, le taux de fécondité de 5,0 reste élevé, avec 16 pour cent des adolescentes de moins de 20 ans ayant déjà donné naissance à au moins un enfant. En outre, les inégalités géographiques et socioéconomiques dans la couverture des services de santé et les résultats de santé demeurent fréquentes.

Dossier d’investissement

Le dossier d’investissement, qui a pour titre : Réduction de la mortalité maternelle, néonatale, infanto-juvénile, des adolescents et des jeunes, a été axé sur la mise à l’échelle d’interventions fructueuses de renforcement du système de santé, soit les programmes de transferts monétaires destinés aux femmes enceintes ; l’assurance maladie à base communautaire ; un modèle novateur informé (push) de chaîne d’approvisionnement fondé sur un partenariat public-privé ; et, les sages-femmes itinérantes, ceci afin d’élargir la couverture du paquet de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile, et adolescente (SRMNIA-N) dans les cinq régions priorisées.

Les priorités identifiées au dossier d’investissement portent sur :

  1. L’offre d’un paquet d’interventions de SRMNIA à fort impact.
  2. L’amélioration de l’équité et la réduction des obstacles financiers qui entravent l’accès des pauvres au paquet de services de SRMNIA-N à travers :​
    • le renforcement du changement de comportement ;
    • l’amélioration des interventions de communication ;
    • l’amélioration des interventions de santé communautaire ;
    • la mise à l’échelle du programme de couverture sanitaire universelle et de programmes de financement de la demande destinés aux pauvres.
  3. L’amélioration de la santé des adolescents à travers l’adoption d’approches multisectorielles (expansion des messages portant sur la santé des jeunes et engagement d’un champion de la politique)
  4. Le renforcement des piliers de l’offre de santé, afin d’assurer la couverture efficace du paquet de SRMNIA-N, notamment à travers la mise à l’échelle du modèle push informé et les initiatives en matière de ressources humaines.
  5. Le renforcement de la gouvernance du système de santé à travers l’amélioration des capacités de gestion efficace des ressources externes par le ministère de la Santé, notamment :
    • ​​le développement d’un plan de travail commun au niveau régional;
    • le financement d’un coordonnateur P4H en appui au ministère;
    • l’octroi d’un financement innovant et durable à l’atteinte de la couverture sanitaire universelle;
    • l’amélioration de l’enregistrement de l’État civil et des systèmes de production de statistiques vitales.

Comment fonctionne le partenariat GFF au Sénégal

Au Sénégal, les parties prenantes au GFF sont mobilisées à travers le Comité de pilotage et de coordination (CPC/SRMNIA) placé sous la direction du ministre de la Santé et de l’Action sociale. La Coalition des partenaires techniques et financiers (PTF) — par l’intermédiaire de son groupe sectoriel SRMNIA et de son sous-groupe sur le financement de la santé et la gouvernance, la Coalition des organisations de la société civile du Sénégal sur le GFF (COSC/GFF) — réunit des ONG ; des organisations de jeunes, de femmes et confessionnelles ; et, l’Alliance du secteur privé de la santé (ASPS). Ces groupes participent activement et de façon unifiée à la prise de décision, notamment en ce qui concerne l’élaboration du dossier d’investissement et sa mise en œuvre sous l’égide de la plateforme nationale.

L’approche GFF a permis d’améliorer les efforts de coordination des bailleurs de fonds avec plusieurs parties prenantes du Sénégal. Conséquemment, tous les partenaires, y compris le gouvernement du Sénégal, les bailleurs bilatéraux et les agences multilatérales exploitent l’outil de cartographie des ressources du mécanisme de financement du dossier d’investissement et au-delà lorsqu’il s’agit de déterminer le ciblage des financements, ce qui garantit une meilleure complémentarité de leurs efforts programmatiques individuels.

Financer les investissements prioritaires du Sénégal

Les partenaires qui contribuent au financement des priorités du Sénégal sont notamment les suivants : Gavi, Fonds mondial ; JICA ; UNICEF ; les gouvernements de la France (AFD) et des États-Unis (USAID) ; et, diverses agences des Nations Unies.