Sénégal

En tant que pays de la deuxième vague du GFF, le Sénégal saisit les opportunités offertes par le GFF pour améliorer plus rapidement ses résultats en matière de santé de la reproduction, de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent(e) (SRMNEA), pour continuer à renforcer son système de santé et pour pérenniser les investissements destinés à l’expansion des services de santé pour les femmes, les enfants et les adolescents. Ce pays en est au tout début du processus mis en place par le GFF.

Government Contact

Ministère de la Santé et de l'Action Sociale du Sénégal

Government

@sante_gouv_sn

État des lieux

Les efforts soutenus du gouvernement du Sénégal ont permis d’enregistrer depuis 1990 des progrès continus en matière de santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent(e):

  • Le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans a diminué, passant de 185 à 54 décès pour 1 000 naissances vivantes entre 1990 et 2015 (Countdown to 2015, 2015) ; 
  • Le taux de natalité des adolescentes a reculé, passant de 154 à 90 naissances pour 1 000 femmes âgées de 15-19 ans entre 1990 et 2014 (EDS, 2014) ;
  • Le taux de fréquentation des services de soins prénatals (au moins une consultation) a atteint 96 pour cent en 2014 ;
  • En 2014, 77 pour cent des accouchements ont eu lieu dans un établissement de santé (EDS, 2014).

Malgré ces progrès, la mortalité maternelle reste élevée avec 315 décès pour 100 000 naissances vivantes (Banque Mondiale, 2015) ;  et la sous-alimentation continue à entraver la réalisation de résultats avec notamment une prévalence de l’anémie de 60 pour cent (EDS, 2014). Ces problèmes sont exacerbés par la persistance de disparités économiques et géographiques : en 2012, 95,5 pour cent des femmes du quintile le plus riche ont accouché avec l’aide d’un agent de santé qualifié contre seulement 30 pour cent dans le quintile le plus pauvre (UNICEF, 2012). En seulement trois ans, le taux de recours à la contraception est passé de 10 à 16 pour cent. Ce résultat très rarement observé s’explique essentiellement par une politique solide de planification familiale qui a été adéquatement mise en œuvre. Néanmoins, cette politique doit être renforcée, car le taux de fécondité global stagne à environ cinq enfants par femme (Banque Mondiale, 2015).

Plateforme nationale

Au cours de discussions préliminaires, il a été décidé que la plateforme nationale reposerait sur les structures existantes.

Dossier d’Investissement

Le dossier d’Investissement s’appuiera sur les stratégies existantes, telles que le Plan d’Urgence pour l’Amélioration de la Santé de la Mère, du Nouveau-né, de l’Enfant et de l’Adolescent(e) développé en 2015 par le Ministère de la Santé avec le soutien de tous les partenaires techniques et financiers.

Stratégie de financement de la santé

La stratégie de financement de la santé inclura le programme national de développement de la « Couverture Maladie Universelle », actuellement en cours d’élaboration.

Secrétariat du GFF Contact

Marion Cros
mcros@worldbank.org
(interim focal point: Luc Laviolette llaviolette@worldbank.org)
Senegal | Prioritizing Investments in Health and Nutrition