Libéria

En tant que pays de la seconde vague du GFF, le gouvernement du Libéria saisit les opportunités offertes par le GFF pour reconstituer et renforcer son système de santé, accroissant par extension sa résistance aux chocs et améliorant l’utilisation des services de santé.

Government Contact

Dr. Joseph L. Kerkulah

Director of the Family Health Division

État des lieux

Avant l’épidémie d’Ebola de 2014, le gouvernement du Libéria était en voie de réaliser le quatrième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD), à savoir réduire de deux tiers la mortalité des enfants de moins de cinq avant 2015.  Néanmoins, les performances du pays au regard du cinquième OMD étaient restées insuffisantes, avec le Liberia affichant l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés de la planète. Cette situation est amplifiée par le taux élevé de grossesses parmi les adolescentes et la faible utilisation des moyens de contraception (EDS, 2013). En 2014, l’épidémie d’Ebola a miné les progrès réalisés en matière de santé de la reproduction, de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent(e) (SRMNEA) et,  accru les disparités existantes : le taux d’utilisation des services de santé s’est écroulé et la qualité des services s’est détériorée (en partie à cause des pertes considérables en ressources humaines pour la santé), tandis que les inégalités économiques et géographiques se sont aggravées. 

Plateforme nationale 

La plateforme nationale du Libéria se compose de deux groupes de travail techniques chapeautés par un comité de coordination du secteur de la santé. Le premier de ces groupes se consacre à la SRMNEA et le second se focalise sur le financement du secteur de la santé. Par ailleurs, le pays vient également de rejoindre le Partenariat International de Santé (IHP+) dans le but de renforcer la coordination à l’échelle nationale.

Dossier d’Investissement

Le développement du Dossier d’Investissement se fait sous l’impulsion du Ministère de la Santé et en étroite collaboration avec les partenaires de développement, incluant la Banque Mondiale, Clinton Health Access Initiative, Jhpiego, le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Le Dossier d’Investissement du Libéria cherche à améliorer les services obstétriques  et les services néonatals d’urgence et à étendre la prestation des services de SRMNEA au niveau des communautés. Le Dossier d’ Investissement privilégie des approches de SRMNEA intégrées et s’appuie sur des financements axés sur les résultats existants. Il prévoit parallèlement de cibler les adolescentes par le biais de la planification familiale, et de renforcer les systèmes de santé en renforçant les ressources humaines, les infrastructures des centres de santé primaire et secondaire, ainsi que la gestion des chaînes d’approvisionnement en médicaments et en produits médicaux. De plus, le Dossier d’Investissement met l’accent sur la préparation aux situations d’urgence, la veille sanitaire et les interventions de secours, avec une attention particulière pour les décès maternels et néonataux. Il prévoit également d’adopter une démarche transversale pour améliorer les systèmes d’enregistrement et de statistiques de l’état civil, ainsi que pour renforcer l’encadrement, la gouvernance et la gestion à tous les niveaux du secteur de la SRMNEA. Afin de poursuivre l’extension de la couverture des services de SRMNEA et de promouvoir l’équité, le Dossier d’Investissement propose différents scénarios qui seront mis en œuvre en fonction des ressources disponibles, en donnant la priorité aux comtés qui affichent les plus mauvais indicateurs en matière de santé de la mère, de l’enfant et des adolescent(e).

De nombreux partenaires de développement — dont Gavi, l’Alliance pour la Vaccination ; le Fonds Mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID) et la Banque Mondiale, avec des ressources de l’Association Internationale de Développement (IDA) et du Fonds Fiduciaire du GFF — s’emploient à ajuster leurs financements afin d’appuyer le Dossier d’Investissement du Libéria. Les Organisations des Nations Unies, le secteur privé et la société civile apportent quant à eux un soutien technique, en collaboration avec Last Mile Health, Partners in Health et BRAC. Ils joueront également un rôle essentiel dans la mise en œuvre de ce programme. 

Stratégie de financement de la santé

La stratégie de financement de la santé se fixe pour priorité de créer un système qui garantisse l’égalité d’accès à des soins de qualité et qui protège financièrement l’ensemble des Libériens, à travers la création du Liberia Health Equity Fund. Son but est d’éviter les dépenses de santé catastrophiques pour les catégories vulnérables de la population et cela, à travers une mutualisation des risques et par la mobilisation de ressources durables. Le Ministère de la Santé souhaite également améliorer l’efficience du processus d’allocation des ressources destinées à la santé. Parallèlement, le Libéria a pour objectif d’accroître l’efficience et l’efficacité des ressources allouées par les bailleurs de fonds à travers sa participation au IHP+ tout en améliorant la localisation des ressources ; il entend aussi renforcer l’évaluation et le suivi conjoints ainsi que les évaluations fiduciaires conjointes. Le pays a aussi pour priorité de renforcer l’approche sectorielle, dans l’optique d’accroître le montant des financements externes intégrés au budget.