Press Release

Les sujets


Des pays


Related Resource


Plan d’accélération des droits et de la santé sexuels et reproductifs (En)

Télécharger

Le Mécanisme de financement mondial lance un plan d’accélération pour les droits et la santé sexuels et reproductifs afin de soutenir les pays confrontés aux impacts dévastateurs de la COVID-19

Lors du Forum Génération Égalité, jusqu’à 100 millions de dollars américains ont été promis au Mécanisme de financement mondial pour aider les pays à relancer les progrès et construire une reprise plus résiliente et plus équitable

Paris, le 30 juin 2021 – Conscient de la nécessité d’une action urgente en faveur des femmes et des adolescentes face aux impacts de la COVID-19, le Mécanisme de financement mondial pour les femmes, les enfants et les adolescents (GFF) a lancé un plan d’accélération des droits et de la santé sexuels et reproductifs en collaboration avec le Canada, les Pays-Bas, la Norvège, le Royaume-Uni, la Fondation Buffet et la Fondation Bill & Melinda Gates. Dans le même temps et dans le cadre d’un ensemble plus large d’engagements pris lors du Forum Génération Égalité, la Fondation Gates s’engage à verser jusqu’à 100 millions de dollars américains au GFF pour aider les pays à relancer les progrès et construire une reprise plus résiliente et plus équitable, notamment en soutenant le programme urgent pour les DSSR.

Avant la COVID-19, les investissements considérables réalisés par les pays et la communauté internationale en matière de droits et santé sexuels et reproductifs avaient contribué à réduire la mortalité maternelle et infantile, à améliorer les résultats en matière de santé pour les femmes et les adolescentes et à faire progresser l’égalité de genre.

Mais malgré ces progrès, d’importants défis subsistent : chaque année, 220 millions de femmes et d’adolescentes qui ne veulent pas être enceintes n’ont pas accès à la contraception ; au moins 10 millions d’adolescentes donnent naissance – bien souvent à la suite d’une grossesse non désirée ; et près de 300 000 femmes meurent de complications liées à la grossesse et à l’accouchement. Les femmes étant les plus durement touchées par les effets secondaires de la pandémie, la COVID-19 a souligné la nécessité d’actions accélérées et irréversibles en matière d’égalité de genre.

Des actions accélérées sont nécessaires parce que les modestes progrès accomplis, qui étaient déjà trop lents et irréguliers, sont désormais menacés. Des actions irréversibles sont nécessaires parce que la pandémie de COVID-19 a montré que les systèmes fondamentaux sur lesquels sont fondées de nombreuses sociétés ont également tendance à être biaisés par le genre.

Le GFF et ses partenaires réaliseront les objectifs du Forum Génération Égalité à travers le plan d’accélération des DSSR qui permettra, au cours des cinq prochaines années :

  • D’élargir l’accès à la planification familiale pour plus de 25 millions d’adolescentes et de femmes supplémentaires ;
  • D’intégrer des services complets de DSSR dans les systèmes de santé d’au moins 20 pays supplémentaires et de catalyser un financement accru et plus efficace des DSSR ;
  • De faire progresser les réformes juridiques dans 10 pays afin de créer davantage de possibilités pour les femmes, les filles et les adolescentes, d’accéder aux services et informations de DSSR ;
  • D’augmenter le soutien aux réseaux et mouvements d’organisations dirigées par des femmes et des jeunes avec au moins 3 millions de dollars américains par an.

En outre, la nouvelle contribution de la Fondation Gates aidera à combler le déficit de financement de 1,2 milliard de dollars américains nécessaires pour relancer les progrès perdus en raison de la pandémie pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents dans les pays partenaires du GFF.

L’engagement de 100 millions de dollars américains de la Fondation Gates en faveur du GFF est structuré de manière à ce que 75 millions de dollars puissent être utilisés immédiatement dans les pays partenaires. Un montant supplémentaire de 25 millions de dollars américains est disponible en tant que « complément » pour encourager les nouveaux bailleurs de fonds à participer au GFF en augmentant l’impact de leur contribution.

Prof Charlemagne Ouedraogo, ministre de la Santé, Burkina Faso : « Pays partenaire clef du GFF, les succès obtenus au Burkina Faso nous donnent la preuve qu’un fort leadership des pays doublé du soutien des donateurs peut profondément améliorer la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles. Il est urgent, alors que la pandémie menace de ruiner les progrès réalisés, de soutenir le travail que nous effectuons avec le GFF et de redoubler d’efforts. »

Chris Elias, président du développement mondial, Fondation Bill & Melinda Gates : « Le Mécanisme de financement mondial est un partenaire essentiel pour fournir des soins de planification familiale de qualité, parallèlement à d’autres services essentiels au cours de la vie des femmes et des filles : depuis les soins liés à la grossesse jusqu’aux vaccinations infantiles, en passant par le soutien à la nutrition. Ce travail n’a jamais été aussi important – à la fois pour protéger la santé et le bien-être des femmes et des filles et pour assurer une reprise plus résiliente et durable suite à la COVID-19. »

Mme Marie Pangestu, directrice générale pour les politiques de développement et les partenariats, Banque mondiale : « L’égalité de genre et les services de santé sexuelle et reproductive doivent faire partie des efforts de relance globaux des pays, étant donné que les femmes et les filles ont été touchées de manière disproportionnée par la crise sanitaire et économique actuelle. Avec le GFF, les gouvernements et les partenaires, nous devons ensemble saisir cette impulsion pour faire progresser l’égalité de genre et tracer la voie d’un développement durable, résilient et inclusif. »

S.E. Sigrid Kaag, ministre des Affaires étrangères, Pays-Bas : « Il est essentiel pour la santé et les droits des femmes et des filles que nous agissions de toute urgence. Les Pays-Bas considèrent les droits des femmes et des filles comme une référence pour tous les droits humains. Lorsque ceux-ci seront mis en avant, d'autres suivront. » 

S.E. Dag-Inge Ulstein, ministre du Développement international, Norvège : « La pandémie a coûté des millions de vies et pourrait nous faire perdre des années de progrès dans notre quête pour éliminer la pauvreté et atteindre les ODD. Plus coûteuse que presque quoi que ce soit serait la perte des progrès que nous avons réalisés pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents. C’est pourquoi nous sommes fermement engagés dans le plan d’accélération du GFF afin de pouvoir relancer et accélérer les progrès en matière de DSSR. » 

Kosi Izundu, chargée de programme, Santé reproductive et Planification familiale, Pathfinder, Nigeria : « Le GFF est l’un des partenariats les plus efficaces qui travaille avec la société civile et les jeunes pour faire en sorte que les progrès sanitaires durement acquis ne soient pas effacés par la pandémie, tout en soutenant et en renforçant les systèmes de santé durables dirigés par les pays pour l’avenir. L’engagement d’aujourd’hui est une étape critique pour réunir les fonds nécessaires et j’espère que d’autres donateurs s’engageront afin que le GFF soit entièrement financé. »

Dr Muhammad Pate, directeur, Mécanisme de financement mondial : « Nous sommes reconnaissants envers la Fondation Gates pour sa généreuse contribution au GFF. En tant que partenaire fondateur, notre collaboration a permis de garantir que davantage de femmes puissent avoir accès à la planification familiale, de construire des systèmes de santé plus équitables et de maintenir l’égalité de genre en tête des priorités. Ce nouvel engagement permettra d’accroître notre portée et d’accélérer notre impact au niveau local pour les femmes, les enfants et les adolescents. »


À propos du Mécanisme de financement mondial

Le Mécanisme de financement mondial (GFF) est un partenariat regroupant de multiples parties prenantes hébergé par la Banque mondiale, qui soutient les efforts menés par les pays pour améliorer la santé des femmes, des enfants et des adolescents. Grâce au GFF, les pays réalisent des investissements plus intelligents, mieux hiérarchisés et axés sur les résultats, en vue d’un impact plus important sur la santé, la nutrition et le bien-être des femmes, des enfants et des adolescents ; ils renforcent leurs capacités en vue d’un financement plus durable de ces programmes ; et ils explorent des moyens plus innovants pour travailler avec le secteur privé. Depuis la création du GFF en 2015, les pays partenaires ont réalisé des progrès considérables pour améliorer la santé maternelle et infantile. Pour en savoir plus, cliquez ici : Rapport annuel

En mars, le Mécanisme de financement mondial pour les femmes, les enfants et les adolescents (GFF), a lancé une campagne de collecte de fonds visant à rassembler 1,2 milliard de dollars américains d’ici 2021 afin d’aider les pays les plus pauvres du monde à relancer les progrès perdus à cause de la pandémie de COVID-19 en matière de santé des femmes, des enfants et des adolescents.


Contact : Sheryl Silverman ; ssilverman@worldbankgroup.org | +1 410.868.4664