Bangladesh

Améliorer les résultats de santé et de nutrition pour renforcer les moyens d’action des femmes et des filles

Contact Gouvernement

Dr. Abdul Ehsan Md. Mohiuddin Osmani.

Chef conjoint, service de la planification, ministère de la santé et de la protection familiale

@GovtBangladesh

Les défis

Le Bangladesh a réalisé d’importants progrès ces dix dernières années en ce qui concerne la mortalité infantile et maternelle, et enregistre des taux de fécondité en recul régulier. L’éducation des filles et la participation des femmes au marché du travail ont contribué à ces résultats, en dépit de la faiblesse des dépenses publiques consacrées aux services de santé. En effet, cela les a habilités notamment, à repousser l’âge du mariage, à réduire leur fécondité, et à avoir une plus grande voix au chapitre en ce qui concerne leur santé et leur nutrition, ainsi que celles de leurs enfants. L’attention portée à la santé de l’adolescent demeure toutefois insuffisante et la rétention des filles dans le secondaire reste difficile. Les progrès réalisés au titre de la dénutrition infantile sont également plus lents. Enfin, les déficits de financement et les problèmes de gouvernance continuent de faire obstacle à une utilisation plus judicieuse des dépenses dans le secteur de la santé. Le gouvernement s’engage à consolider les progrès accomplis, à améliorer la qualité des soins et à réduire les inégalités socioéconomiques et géographiques persistantes.

L’action du partenariat du GFF  

Le GFF apporte un cofinancement de 10 millions de dollars au programme de transformation de l’enseignement secondaire pour obtenir des résultats de la Banque mondiale et il favorise la collaboration entre les secteurs de la santé et de l’éducation pour aider le gouvernement à concevoir et assurer des services au niveau des écoles pour améliorer la santé adolescente. Le GFF a apporté son aide au ministère de l’Éducation et au ministère de la Santé et du Bien-être familial afin de formuler un programme pour les élèves adolescents et d’utiliser les établissements secondaires pour améliorer les services et les résultats de santé de l’adolescent. Ce programme a notamment pour objet d’inciter les filles vulnérables à continuer leurs études, d’investir dans la construction de toilettes séparées pour les filles, de promouvoir l’hygiène menstruelle et de prévoir des installations à cette fin, d’intégrer la santé de l’adolescent dans les programmes scolaires, de former les enseignants, de fournir des conseils aux filles et garçons et de les sensibiliser aux questions liées à la violence sexiste. En soutenant ces deux secteurs, le GFF contribuera à la mise en place puis à la transposition à plus grande échelle de ces interventions. Le GFF améliore la base de connaissances nécessaire à la mise en œuvre de la Stratégie de financement des soins de santé pour 2012-32, notamment grâce à l’analyse de la protection financière et de l’équité dans le domaine de la santé, à un diagnostic des goulets d’étranglement observés au niveau de la gestion des finances publiques, à la collaboration avec le secteur privé et à la tenue de discussions sur la mobilisation de ressources intérieures.

Les résultats

Le gouvernement du Bangladesh a élaboré son quatrième plan d’investissement stratégique pour la santé, la nutrition et la population en collaboration avec les partenaires de développement, les organisations non gouvernementales, la société civile et d’autres parties prenantes, conformément aux objectifs de développement durable (ODD) et aux stratégies prévues par le gouvernement au titre du septième plan quinquennal (2016–20). L’objectif est d’assurer la prestation de services de qualité et notamment une prestation plus efficace des services clés en privilégiant l’équité. L’ambition à plus long terme est d’assurer la couverture sanitaire universelle, conformément aux objectifs formulés dans les ODD. Le programme doit coûter 14,7 milliards de dollars pour la période allant de janvier 2017 à juin 2022. Il est actuellement mis en œuvre pour garantir aux citoyens un accès équitable à des soins de qualité de manière plus efficiente tout en visant à assurer une couverture sanitaire universelle. Parmi les résultats obtenus jusqu’à présent citons la hausse des dépenses de réparation et d’entretien au niveau des upazilas (sous-districts) et aux paliers inférieurs (plus de 180 % depuis 2016) et la multiplication des complexes de santé d’upazila avec au moins deux postes de sages-femmes agréées (l’objectif de 150 a été atteint).  En outre, il convient de mentionner les résultats obtenus dans les divisions de Sylhet et de Chattogram : 15 districts ont atteint une couverture vaccinale rougeole-rubéole d’au moins 85 % chez les enfants de 0 à 12 mois ; 25 % des enfants de moins de 2 ans enregistrés ont bénéficié de services de nutrition spécifiques ; et 138 000 accouchements normaux ont eu lieu dans les formations sanitaires publiques.

Le dernier rapport annuel du GFF présente des informations complémentaires sur la manière dont le Bangladesh est parvenu à ses résultats.