Press Release

Les sujets


Des pays


Related Resource


Alors que la COVID-19 menace des années de progrès pour l'amélioration de la nutrition dans plusieurs des pays les plus pauvres du monde, le Canada et le Japon s'engagent à verser 90 millions de dollars américains au GFF

Grâce à la nouvelle feuille de route pour la nutrition, le GFF s’engage à consacrer 30 pour cent de son financement aux investissements dans la nutrition dans les pays partenaires et pour aider les pays à sauver jusqu'à un million de vies d'ici 2025

9 décembre 2021 WASHINGTON D.C. – Cette semaine, lors du Sommet sur la nutrition pour la croissance organisé par le Japon, le Mécanisme de financement mondial a lancé une feuille de route pour la nutrition afin d'aider à lutter contre la crise nutritionnelle dans de nombreux pays parmi les plus pauvres du monde et de sauver un million de vies grâce à des investissements dans la nutrition. La feuille de route peut contribuer à la réalisation du programme de nutrition et soutenir les pays dans leur lutte contre l'impact considérable de la COVID-19 sur les services de santé essentiels et les systèmes alimentaires.

Grâce à la feuille de route pour la nutrition, et avec 30 pour cent de son financement consacré aux investissements dans la nutrition, le GFF aidera les pays à se protéger contre les pertes en :

  1. Catalysant un financement plus important et de meilleure qualité pour l'intégration de la nutrition dans le continuum complet des services de santé maternelle et infantile.
  2. Renforçant les capacités des ressources humaines au niveau de la communauté et des établissements de santé pour fournir efficacement des services de nutrition de haute qualité.
  3. Renforçant les chaînes d'approvisionnement pour assurer l'intégration et la livraison de produits nutritionnels, tels que les suppléments en micronutriments et les aliments thérapeutiques prêts à l'emploi.

Les estimations montrent qu'au cours de la pandémie, 9,3 millions d'enfants supplémentaires souffriront de malnutrition aiguë, 2,6 millions d'enfants supplémentaires souffriront d'un retard de croissance et 168 000 autres mourront des suites de la malnutrition, avec une perte de productivité estimée à 29 milliards de dollars américains dans le monde d'ici 2022.

Atsushi Mimura, directeur général du Bureau international du ministère des Finances du Japon, a déclaré : « Nous avons été très fiers d'accueillir le Sommet de Tokyo sur la nutrition pour la croissance afin de souligner à quel point la nutrition est essentielle pour que la société atteigne son plein potentiel. Investir dans la nutrition est un facteur clé pour le développement du futur capital humain qui permet une croissance résiliente, inclusive et durable d'un pays. Nous nous félicitons de la feuille de route pour la nutrition du GFF et prévoyons qu’elle jouera un rôle de catalyseur supplémentaire pour le financement de la nutrition, y compris du secteur privé. Avec notre promesse d’engagement supplémentaire de 50 millions de dollars américains au GFF dans le cadre de notre engagement plus large au Sommet, nous souhaitons nous assurer que la nutrition reste une priorité absolue des pays alors que le monde atténue, contrôle puis se remet de cette pandémie, notamment grâce à une intégration complète de la nutrition dans le programme de couverture santé universelle. »

Harjit Sajjan, ministre du Développement international du Canada, a déclaré : « Le Canada s'est engagé à mener des efforts pour améliorer la nutrition des personnes les plus pauvres et les plus marginalisées du monde, en particulier les femmes et les filles. Alors que la COVID-19 plonge de plus en plus de personnes dans un état d'insécurité alimentaire, nous sommes fiers de travailler aux côtés du GFF et de tous ses pays partenaires pour financer des interventions nutritionnelles vitales pour les femmes, les enfants et les adolescents, et pour contribuer à garantir que ces interventions soient intégrées aux services de santé essentiels. Un GFF entièrement financé peut faire une différence encore plus grande – c'est pourquoi le Canada coorganise la campagne de mobilisation des ressources du GFF et s'engage à verser 50 millions de dollars canadiens supplémentaires au GFF. »

Dr Daniel Ngamije, ministre de la Santé du Rwanda, a déclaré : « Le GFF a apporté un soutien crucial au gouvernement du Rwanda pour mettre en œuvre et maintenir des stratégies innovantes qui permettent d'améliorer la santé et la nutrition dans l’ensemble du pays. Ces efforts continueront de soutenir le développement économique, de réduire la pauvreté, de renforcer le capital humain et de contribuer à obtenir les meilleurs résultats pour le peuple rwandais. »

Juan Pablo Uribe, directeur mondial pour la santé, la nutrition et la population à la Banque mondiale et directeur du GFF a déclaré : « Cette crise souligne le besoin urgent d'investissements qui intègrent pleinement des interventions nutritionnelles efficaces dans les services de santé maternelle et infantile. Nous sommes reconnaissants au Japon et au Canada pour leurs généreuses contributions et leur leadership qui permettent d'obtenir de meilleurs résultats en matière de nutrition et de santé, notamment pour les femmes, les enfants et les adolescents les plus vulnérables touchés par la pandémie. »

GFF – un modèle ayant fait ses preuves dans l’obtention des résultats en matière de nutrition

Depuis 2015, le GFF soutient la nutrition en tant qu'élément essentiel pour le développement sain et le bien-être des femmes, des adolescents et des enfants. Le mandat du GFF consiste à aider les pays à tracer des voies équitables et de plus en plus autonomes vers la couverture santé universelle (CSU) en mettant l'accent sur les femmes, les enfants et les adolescents. La lutte contre la malnutrition est au cœur de ce programme. Le nombre de pays partenaires du GFF ayant réduit le retard de croissance chez les enfants de moins de cinq ans est passé de 6 à 8 et le nombre de pays ayant réduit l'émaciation modérée à sévère chez les enfants de moins de cinq ans est passé de 7 à 9.

Les investissements du GFF consistent notamment à soutenir les pays pour : renforcer leurs capacités au niveau des communautés et des établissements de santé ; former les agents de santé à l'amélioration des pratiques d'alimentation des enfants ; renforcer les chaînes d'approvisionnement pour intégrer et fournir des produits nutritionnels, notamment des micronutriments et des aliments thérapeutiques prêts à l'emploi ; et aider à la préparation, à la mobilisation des ressources nationales, à la production de données et au déploiement de plans de nutrition.


Contact: Nansia Constantinou +1 202.458.5008

 

À propos du Mécanisme de financement mondial

Le Mécanisme de financement mondial (GFF) est un partenariat à multiples parties prenantes de la Banque mondiale qui soutient les efforts menés par les pays pour améliorer la santé des femmes, des enfants et des adolescents. Grâce au GFF, les pays réalisent des investissements plus intelligents, plus prioritaires et axés sur les résultats, en vue d’un impact plus important sur la santé, la nutrition et le bien-être des femmes, des enfants et des adolescents ; ils renforcent leurs capacités pour assurer un financement plus durable de ce programme ; et explorent des moyens plus innovants de travailler avec le secteur privé.

Depuis la création du GFF en 2015, les pays partenaires ont réalisé des progrès considérables pour améliorer la santé maternelle et infantile. Pour en savoir plus, cliquez ici : Rapport annuel